AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Saya Y. Asagami | Done.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Saya Y. Asagami | Done.   Jeu 23 Fév - 16:23

Saya Yue Asagami

    SURNOM ─ Saya.
    ÂGE ─ 17 ans.
    DATE & LIEU DE NAISSANCE ─ 25/06, Japon, Himeji.
    ANCIENNETÉ ─ 3 mois.
    FEAT ─ Original de Takenaka.
    PARTICULARITÉ PHYSIQUE ─ Cicatrice, tatouage, lunettes ?
    Saya est une fille plutôt normale, même on pourrait dire banale. C'est le genre de personne qu'on croise dans la rue sans se retourner.



Mon petit côté humain

Saya, elle est comme un personnage de jeu vidéo : mortellement prévisible. Elle suit une routine invisible écrite dans le ciel. Un peu comme un automate programmé pour effectuer tels ou tels tâches. Habituellement, le réveil matin la tire du lit vers sept heures et demie. Vers trente-cinq, c'est le brossage de dent, suivi par le petit-déjeuner à quarante-cinq. D'autant plus, sa monotonie routinière ne touche pas seulement ses gestes, mais ses paroles, aussi. Prenons l'exemple d'un mmorpg. Dans certain, le joueur doit sélectionner des paroles pré-faites et les sortir lorsque le moment est opportun. Et bien, Saya est comme ça. À chaque fois qu'on lui demande si elle va bien, elle répond la même chose, mêmes mots, même ton. Si on lui demande si on peut lui emprunter un truc, la réponse sera encore la même -qui est à coup sûre « Pourquoi ? ». Bref, passer dix personnes avec la même question, elle servira toujours la même réponse.

On peut dire que la jeune fille a, relativement, les nerfs fragiles. En fait, pas seulement ses nerfs. Elle est fragile. Si on en revient à cette histoire de bien et de mal, on remarque que l'absence de notions de « mal » dans la vie du sujet s'avère être une chose dangereuse. En effet, Saya a pour idée, que tout le monde est bienveillant, tout le monde est gentil et tout le monde lui veut forcément du bien. Mais dans son monde, où le mal n'existe pas, la notion de « tristesse » existe belle et bien. Saya, elle est sensible. Quand un animal se blesse, quand maman et papa se battent, quand le Titanic a coulé, tous ces moments-là brisent le cœur de Saya. Contrairement à la norme, elle s'est mis en tête de défier ces moments et de sourire, de rire, de mettre de la joie.

Socialement, le sujet a de la difficulté à savoir quand une relation change. Par exemple, elle ne sait pas quand elle peut appeler « Charlotte » par son surnom. Elle ne sait pas quand « Lysandro » et elle ont dépassé le stade de « connaissance » pour franchir celui « d’amis ». Et donc, elle préfère entendre directement de la bouche de « Curve » qu’ils sont devenus meilleurs amis. Bref, vous voyez le genre ? Outre cela, elle a tendance à éviter, à s'éloigner, à ignorer les gens.

Saya, elle n'est pas très grande. La jeune fille doit faire environ un mètre soixante, ce qui est, tout de même, raisonnable pour une ado de 17 ans. Mais bon... De plus, elle a une stature chétive et fragile. Notons que son absence de musculature n'aide en rien. La question qui vous vient à l'esprit : mais, cette fille peut-elle soulever des brindilles ? Et bien, oui. Elle peut. Incroyable, n'est ce pas ?

Saya a des cheveux couleur brun, avec des reflets roux sauvages. Pour ses yeux, oui parlons-en. La couleur est un étrange mélange de gris, de bleu et d'encore du gris. Et elle a de longs cils noirs qui lui donnent un petit côté "dingue sortie de l'asile".

Donc finalement, son style vestimentaire. Rien de bien compliquer. Elle porte ce qu’elle aime. Ce qui comprend des t-shirts, des vestes, des sweatshirts, des pulls, des shorts, des pantalons, bref à peu près tout ce qui est portable par une fille.




Ma place à Limefield


Quel est le pouvoir de votre personnage ? ─ Voleuse de sens
Saya a la capacité assez morbide de pouvoir priver un individu d'un de ses cinq sens.
En quelques instants, sans que vous ayez le temps de réagir, vous voilà aveugle, sourd, dépourvu d'odorat, de toucher ou de goût. C'est un pouvoir - qui a son plus grand soulagement - ne peut pas s'appliquer sur elle-même. L'effet ne dure jamais très longtemps. Juste de quoi étourdir pendant quelques instants la victime, qui éprouvera certainement un choc d'être momentanément privée d'un de ses sens. De façon très logique, Saya n'est pas une divinité, elle s'épuise donc peu à peu, quand elle utilise son pouvoir. Son utilisation peut mener très vite à un évanouissement, des saignements de nez, des vertiges et autres joies. Et croyez-moi, Saya n'est pas du tout fan de tomber dans les pommes. Et elle l'est encore moins d'utiliser ce foutu pouvoir tordu...

Quel relation entretient-il avec son pouvoir ? ─ Saya se sent un peu comme un monstre parmi les gens d'ici. Longtemps, elle a réussi à faire croire qu'elle n'avait aucun pouvoir. Avec le temps, les gens ont compris qu'elle mentait, qu'il n'y avait pas d'exceptions à la règle à Limefield. Elle ne le contrôle absolument pas. Mais vraiment pas.
Elle refuse de l'utiliser. Elle le voit comme une malédiction. La fille qui doit faire mal aux autres. Celle qui au lieu d'aider, peut vous paralyser. Elle est un monstre. Sauvez-la. Pitié, sauvez-la. Oui, sauvez-la d'elle même.
Quelques fois, lorsqu'elle ressent de fortes émotions, c'est plus fort qu'elle, elle l'utilise inconsciemment. C'est comme si on l'électrocutait. Des picotements, de la fatigue, l'impression de se vider de l'intérieur.
Si vous l'obligez à l'utiliser, elle le fera. Mais sous la torture. N'attendez pas grand chose d'elle. Elle n'a rien à vous donner... Elle va tout vous prendre.

De quel groupe est-ce que votre personnage fait partie ? Pourquoi avoir choisir ce groupe ? ─ Saya fait partie des Opponents, pour la simple et bonne raison qu'elle a envie de rentrer chez elle. Voyez-vous, elle a laissé chez elle toute une vie qui commençait à lui plaire. De plus, elle se voit attribuer un pouvoir assez démoniaque. La force de la nature semble donc s'acharner un peu sur cette jouvencelle. Donc, si elle pouvait, elle ferait ses valises et retournerait auprès de papa et maman.




Comment j'en suis arrivé là

« - Il paraîtrait que les Asagami ont un enfant.
- Ils en ont un.
- Alors, les rumeurs sont vraies ? Pourtant, je n’ai jamais vue leur gosse dans le coin…
- Justement, c’est ça le problème : l’enfant. Personne ne l’a jamais vue, ni même entendue, ni rien, quoi.
- … Tu viens de dire qu’ils en ont un… ?
- Ils en ont un, oui, mais, l’imagination, c’est un truc sympa qui ajoute du piquant dans une vie monotone…
- Donc, tu insinues que les Asagami, en fait, ils bluffent ?
- Exact.
- … Mais, ça leur sert à quoi de s’inventer un enfant ?
- Avoir de l’attention.»


Chapter One : REQUIEM TO NOBODY


Dans la petite communauté d’Himeji, un mythe régnait : celui de Saya, le mythe. Mythe, car la population ne croyait simplement pas à son existence. On ne pouvait pas la blâmer : comment croire à quelque chose qu’on n’a jamais vue ? Plusieurs pensaient que Saya était le nom attribué à cette douce illusion capable de combler le vide dans la vie de parents sur le seuil de l’hystérie. Il faut dire, Ruiji Asagami ne faisait aucun effort pour rendre son récit crédible. Les discutions qu’il entretenait avec la population allaient souvent comme suit :

« - Comment va ta gamine, aujourd’hui ?
- Saya ? Elle va bien. Elle va très bien, même !
- Tant mieux, au fait, quand pourrais-je lui rendre visite ?
- …
- Quoi ?
- … C’est que…
- C’est qu’elle n’existe pas?
- …
- … Je prends ton silence pour un oui.
- Non, non, elle existe. Saya existe. Ce matin, par exemple, on a joué à cache-cache, et elle a essayé de se planquer dans le frigo...
- Donc, je peux la voir ?
- … Non, elle n’est pas assez prête pour faire face au monde.
- Ouais, c’est ça. Bref, j’ai hâte que tu retournes dans le vrai monde, mon vieux.»



Chapter Two : PATHWAY TO THE REALITY


Contre toute attente, Saya Yue Asagami était réelle. Sa vie débuta un 25 juin, alors qu’un violent orage d'été frappait Himeji de plein fouet. Ne voulant courir aucun risque inutile, Talia Asagami avait préféré rester à la maison plutôt qu’aller à l’hôpital. Une décision qui scella le destin de son enfant. En effet, en préférant rester chez elle, la jeune femme était loin de se douter qu’il y aurait des complications et que son bambin manquerait d’air. Le choque de perdre l’enfant fut si terrible que cela plongea le couple dans une profonde paranoïa. C’est ainsi qu’ils prirent la décision de ne jamais laisser leur enfant seule.

L’enfance de la gamine fut composée de sucres, d’épices et de tas de bonnes choses. Une routine apparut lorsque Saya atteignit les 5 ans. Le matin, papa la réveillait, elle déjeunait avec sa famille, maman jouait avec elle pendant que papa allait travailler pour rapporter de quoi faire vivre la petit famille. L’après-midi se composait d’émission pour gamin, déjà visionnées par sa mère qui s’assurait qu’il n’y avait rien de choquant. Le soir, il y avait des jeux, papa rentrait, ils dinaient, jouaient, puis sa mère l’amenait au lit, lui lisait une histoire. Et le lendemain était pareil, sauf quelques variantes. En fait, sa vie ressemblait à un film que l’on rembobinait à chaque soir pour le rejouer le matin. Saya aimait bien ce style de vie ; après tout, il ne pouvait pas faire autrement. Comment aurait-il pu se plaindre de sa situation alors qu’il n’avait vécu que cela ?


Chapter Three : SELL HER TEARS TO THE SCIENCE


Lorsque les pieds de Saya Asagami frôlèrent le sol rocailleux de l’entrée de sa demeure, elle était âgée de 7 ans. Plusieurs voisins furent estomaqués, ce qu’ils avaient pris pour une blague de mauvais goût depuis si longtemps se trouvait désormais devant leurs yeux. Cramponnée à la jupe de sa mère, une multitude de sentiments se bousculait dans l’esprit de la petite Asagami . D’abord, de l’exaltation. Le monde extérieur était si différent de ce qu’elle s’était imaginée. Tout était plus coloré, plus vivant. Ensuite, il y avait de l’angoisse et de la peur. Tous ces visages inconnus qui affichaient soit un air indigné, soit indifférent, soit impassible… La visite en monde extérieur était une explosion de sentiments nouveaux. Et c’était un peu trop pour la pauvre fillette qui éclata en sanglot devant une foule embarrassée.

Les premiers jours en société ne furent pas de la tarte. Dès les premiers jours, les gens étaient attirés par le phénomène qu’était Saya. Les gens, comme des enfants regardant une bête de foire, trouvaient intéressant de voir les diverses réactions de la fillette face aux petits bonheurs de la vie comme danser sous la pluie, regarder les nuages, cueillir des fleurs, se faire des amis… Sachant que les parents de la petite n’étaient jamais loin, personne n’osait vraiment la contrarier et l’embêter. Puis, qui avait envie d’intimider une bête si mignonne et divertissante ?

Les jours passèrent, les semaines aussi. Les gens s’étaient rapidement lassés de leur nouvelle attraction que quasiment plus personne ne lui accordait d’attention.

Qui dit 7 ans, dit première année à l’école élémentaire. Monsieur et madame Asagami avait jugé que d’envoyer leur progéniture au jardin d’enfant était une perte de temps et d’argent. Selon eux, le jardin d’enfant ne servait qu’à apprendre les bases à l’enfant, or, Saya, sous les soins des ses parents, avait déjà appris à compter jusqu’à dix, à faire les lacets de ses chaussures et savait réciter l’alphabet de A jusqu’à M. Ce qui, selon eux, n’était pas si mal. Et ceci fut la seconde plus grande erreur de leur vie. Parce que, tout le monde sait que le jardin d’enfant, c’est la base du social. Mine de rien, les enfants apprennent à communiquer, à se faire des amis et tout ça.

Donc, le premier jour d’école fut ordinaire :

« - C’est quoi ?
- Ça, Saya, c’est une craie.
- Et ça ?
- Craie.
- Et ça ?
- Encore une craie.
- Pourquoi est-ce qu’elles ne sont pas blanches comme la première ?
- Parce que. Les craies, ça peut être de toutes les coul… Eh, non, ôte ça de ta bouche ! »


Lassé par les questions niaises de la jeune élève, miss Hawkins avait décidé que ses protégés avaient bien mérité une pause. Donc les mômes prirent le goûté.

« - Dis, Saya, pourquoi tu ne manges pas comme nous ?
- Ma maman a dit qu’elle ne faisait pas confiance à l’école. Maman m’a fait un goûté rien que pour moi !
- C’est quoi, ça a l’air bon.
- Maman a dit que c’était plein d’amour.
- Dis, dis, je peux goûter ?
- Oui. »


Puis, un autre môme vint, puis un autre et la petite Saya se retrouva sans goûter. Blessée par la méchanceté niaise des autres, elle se referma sur elle-même. Ses parents avaient tort. Elle se fit peu d'amis, et souvent de courte durée. Au collège, elle ne se révéla pas particulièrement brillante. Une cancre, même dans certaines matières. Elle n'attendait qu'une chose : rentrer chez elle, pour rejoindre son petit paradis douillet.
Dès l'âge de 13 ans, elle était toujours scotchée sur son ordi, comme une droguée. C'était devenu une sorte de geek, qui tape des messages sur son portable jusqu'à 5h du matin, qui s'endort sur son ordinateur.
Et quand elle ne pouvait pas, elle se déconnectait avec sa musique. Une paire d'écouteurs, le mp3, et ça y est, vous n'existez plus. Elle ne vous entend même pas. Vous pouvez parler...


Chapter Four : LIMEFIELD


Lors d’une belle matinée d’Août, âgée de 17 ans, Saya essayait de se divertir. Il faut dire qu'il n'y avait pas grand chose à faire. Pas de potes avec qui sortir... Elle chercha un de ces mmorps faciles à jouer, sur lequel elle pourrait écraser quelques imbéciles.
Elle lança le téléchargement. C'était un gros truc, vu le temps qu'il mettait pour être enregistré. En attendant, elle se passait une chanson en boucle, tout en fredonnant. D'un seul coup, l'écran devint noir. Un seul et unique message. "Do you wanna be happy ?" Saya appuya sur la touche entrée. Ce qui eut pour effet de faire buguer son ordi... Écran noir, plus aucune réaction de l'ordi... Elle redémarra tout en jurant contre ce jeu qu'elle allait supprimer et plus vite que ça. Mais à son étonnement, il avait disparu. Elle chercha bien partout. Plus aucune trace du jeu suspect. Elle jeta un regard désespéré à l'affichage de son réveil. 4h17. Elle chercherait un autre jeu demain.

Elle ferma les yeux.
A son réveil, elle bailla, s'étira, chercha où se trouvait son réveil sans daigner ouvrir les yeux. Mais ce qui aurait dû être l'appareil électronique n'était autre qu'un morceau de papier. Elle le ramena jusqu'à son visage.

Et maintenant, très cher, vous l'êtes, heureux ?
All yours,
Leo.

Elle regarda autour d'elle. Mince. Elle avait été kidnappée. Sa chambre était plutôt mignonne, quoique basique. Ses ravisseurs en plus, semblaient bien préparés. Ils avaient même pris le temps de lui faire une petite plaquette, à son nom, contre sa porte. Loin d'être affolée, elle retourna dans son lit, s'imaginant à ce moment-là que son prochain réveil serait le bon. Curieux rêve...



Moi, geek et méchant

MON P'TIT SURNOM ─ Poulpy.
LE FORUM, JE L'AI DÉCOUVERT ... ─ En voyageant de partenariats en partenariats. 8D
SI JE ME SUIS INSCRIT, C'EST PARCE QUE ... ─ Je trouvais le contexte sympa, le graphisme est coul, y'a l'air d'avoir une bonne ambiance... ♥
LE CODE ─ Do you want to be happy ? ♥


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
defgrad1

Messages : 20
Date d'inscription : 26/11/2011

MessageSujet: Re: Saya Y. Asagami | Done.   Jeu 23 Fév - 23:48

Tout d'abord B-I-E-N-V-E-N-U-E !
Ensuite je tiens à te dire que ton histoire est très accrochante et sans faute d'orthographe ou de grammaire (du moins c'est que moi j'ai pu voir à cette heure).

Le code semble bon, sauf si les admins l'ont changé, bref attends juste ta validation =)

ps: Asagami = renfermés de la vie? xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: Saya Y. Asagami | Done.   Ven 24 Fév - 8:23

Je te souhaite la bienvenue sur Common Dream~

J'espère que tu t'y plaira et que tu sera vite validée. car comme le dis Ryoko, ton histoire et juste *bave*... Oops désolée.

j'ai hâte d'RP un jour avec toi! ^-^
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: Saya Y. Asagami | Done.   Ven 24 Fév - 16:51

Merci à vous ♥

Invasion des Asagami sur le forum 8D /POUTRE/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saya Y. Asagami | Done.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Saya Y. Asagami | Done.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Après-match Mont de Marsan-Tarbes
» "Peindre" nos juments
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMMON DREAM » :: « L'ANTRE DES PERSONNAGES » :: Registres-